Les "on dit" : hiérarchie, dominance et soumission...

 

 

Pour parler de hiérarchie, il faut parler de groupe social. Savoir se représenter tous les membres d'un groupe ainsi que leur rôle, un peu comme dans un organigramme. Alors la hiérarchie chez le chien : existe-t-elle vraiment ? Le chien est-il assez developpé pour penser à tout cela ?

 

On n'en sait rien... Mais elle nous amène à mélanger certaines notions comme dominance et soumission.

Comprenons la différence entre « dominant » et « dominance » :

  • Dominant : celui qui domine ( trait de caractère habituel )
  • Dominance : fait de dominer ( action ponctuelle )

La différence va se situer dans l’action, un chien peut montrer certains signes de dominances dans ses actes mais ne peut pas être qualifié de dominant de façon perpétuelle !

 

Cette « dominance » entre 2 chiens est contextuelle et éphémère. Si elle est exprimée par un chien dans une situation donnée, elle sera exprimée par l’autre chien dans une nouvelle situation.

 

En fait, il s’agit simplement de communication, c’est un dialogue entre deux chiens qui expriment leurs seuils de tolérance et leurs limites pour que les choses ne dérapent pas. Globalement les chiens vivent dans le respect de chacun lorsqu’ils sont bien codés et stables

 

 

Exemple :

  • Rex est en train de mastiquer avec un sabot de vache et Niki arrive.
  • Rex grogne contre Niki pour lui faire comprendre « je ne veux pas être dérangé maintenant, ce sabot a beaucoup de valeur pour moi ne t’en approche pas »
  • Niki va se dire « okay il aime ce sabot et ne veut pas que je m’en approche, je ne veux pas de conflits » alors elle s’éloigne mais lui fait un appel au jeu
  • Rex laisse son sabot pour aller jouer avec Niki mais pendant le jeu, Rex rentre brusquement dans Niki
  • Niki grogne pour lui dire « je n’aime pas quand tu fais ça »
  • Rex met les oreilles en arrière et la queue entre les jambes pour lui dire « ce n’était pas mon attention et je ne veux pas de conflits »
  • Niki voit les signes que Rex lui envoie et reprennent tous deux le jeu

Ici, on constate que les rôles s’échangent suivant les situations car encore une fois tout est contextuel et factuel. Les chiens de façons générales sont pacifistes et évitent les conflits, d’où les concessions faites entre eux lorsqu’un chien fait de la protection de ressources. Chaque chien a des goûts différents et ne donnera pas autant d’importance aux mêmes choses : nourriture, jouets, place, caresses, humains etc…

 

 

Un chien peut dialoguer avec un humain donc si votre chien vous grogne dessus ou ne vous écoute pas, il ne s’agit toujours pas d’un chien dominant.

 

Exemple :

  •  Peut-être qu’à cet instant précis, la chose que vous demandez à votre chien et ce que vous voulez lui donnez pour exécuter de cet ordre à moins de valeur que ce qu’il est en train de faire à ce moment-là (ex : vous rappelez votre chien alors qu’il a trouvé un animal mort au loin)
  • Peut-être que votre chien est dans un état de stress ou de peur l’empêchant de réagir correctement (ex : vous demandez à votre chien de s’assoir dans la rue et de ne pas bouger alors qu’une moto très bruyante passe à toute vitesse à côté de vous et qu’il n’en avait jamais vu auparavant)
  • Peut-être que vous employez des méthodes un peu « rudes » forçant le chien à réagir pour se protéger (ex : si vous saisissez votre chien par la peau du cou à chaque fois pour le faire obéir, il y a des chances que vous ayez du mal à travailler avec lui et qu’il vous montre certains signes si vous vous approchez trop vite de lui : grognement, dents etc… ce qui est normal…)
  • Peut-être lui avez-vous déjà fait mal un fois involontairement (ex : vous lui avez une fois marché sur la queue quand il était petit et maintenant dès que vous passez derrière lui il a peur et l’exprime en grognant)

 

Il existe tout un tas d’autres exemples qui nous serons parfois inexplicables car un détail nous a échappé et nous n’étions pas à la place de l’animal à ce moment là

 

Exemple :

 

votre chien est chez le vétérinaire et celui-ci lui prend la température… cela n’est déjà pas forcément agréable pour nous pourquoi le serait-ce pour le chien ?

Et là pendant cette « opération » le chien fixe l’horloge ronde qui est droit devant lui. Depuis le chien aboie sur toutes les horloges rondes qu’il voit mais le propriétaire n’avait absolument pas fait attention à cette scène, d’ailleurs il n’a même pas vu cette horloge et ne fera peut-être jamais le lien entre les aboiements et les horloges.

 

Cet exemple est quelque peu farfelu vous en conviendrez mais bien possible…

 

 

 

On pourrait donner encore un tas d’exemple, mais il faut bien convenir que lorsque nous évoquons la cause de dominance ou l’excuse de hiérarchie, nous refusons juste de voir notre chien communiquer.

Écrire commentaire

Commentaires: 0